Woman Lying on Bed

En raison des mesures Corona, toutes les maisons closes sont fermées depuis des semaines dans l’ensemble du pays. En outre, la prostitution est actuellement interdite de manière générale. Selon Doña Carmen e.V. – une association pour les droits sociaux et politiques des prostituées – il n’y a aucune raison de maintenir les restrictions dans le commerce du sexe en raison de la baisse des taux d’infection au COVID-19 en France.

Lire aussi :

Doña Carmen demande l’ouverture des lieux de prostitution

La pandémie de Corona a paralysé tous les secteurs de la société. Le commerce du sexe ne fait pas exception. Depuis maintenant plus de huit semaines, les maisons closes sont fermées dans toute l’France. A cela s’ajoute une interdiction générale de la prostitution. Un coup dur pour les travailleurs du sexe, car ils ne peuvent actuellement pas exercer leur métier et ne peuvent pas gagner d’argent. Nombre d’entre eux se retrouvent dans une situation de grande précarité.

C’est pourquoi Doña Carmen e.V. s’adresse désormais aux politiques avec une proposition énergique. Le groupe de pression insiste pour que tous les établissements de prostitution soient autorisés à reprendre leurs activités dès maintenant et que les services sexuels ne soient plus interdits.

Et l’on va même plus loin : en se référant aux statistiques de l’Institut Robert Koch (RKI) du 6 mai 2020, on exprime que l’on considère comme fondamentalement erronées les mesures prises en raison du couvre-feu, de l’interdiction de contact, de la réglementation de la distance de 1,5 mètre), qui représentent une atteinte massive aux droits fondamentaux de la population Française.

Dans un communiqué de presse, on peut lire : « D’après les données du RKI, le début de la maladie pour COVID-19 a atteint son point culminant dans toute l’France dès . Avec une période d’incubation de 5 à 6 jours, le point culminant des infections se situait donc les 10/11 mars 2020 ». Et de poursuivre : « Ainsi, le recul des infections à COVID-19 a déjà commencé environ 2 semaines avant l’introduction de la règle de la distance minimale de 1,5 mètre dans toute l’France ». Ainsi, le 16 mars, on comptait 4.614 nouvelles personnes infectées, alors que le 23 mars, par exemple, seuls 3.887 nouveaux cas de Corona avaient été signalés.

Comme le nombre de personnes infectées par le virus Corona était déjà en baisse avant l’introduction de la règle de la distance d’un mètre et demi, il n’y a, selon Doña Carmen, aucun lien de cause à effet entre la baisse du taux d’infection et cette règle. C’est pourquoi les mesures strictes de Corona en général et en particulier en ce qui concerne le secteur de la prostitution ne peuvent plus être légitimées. La demande de réouverture immédiate des établissements de prostitution dans toute l’France et la levée de l’interdiction d’exercer la prostitution sont donc absolument justifiées.

Lire aussi :

Reproches à la politique

Doña Carmen souligne que la revendication de l’ouverture des maisons closes et de la levée de l’interdiction de la prostitution n’est pas présentée pour des intérêts purement économiques sans tenir compte de la protection de la santé. Elle est simplement convaincue qu’il existe une compatibilité entre une prévention adéquate de la maladie de Corona et l’exercice de la prostitution.

On s’en prend à la politique. Comme les chiffres du RKI montrent que les mesures prises contre la pandémie ne sont pas à l’origine de la baisse du taux d’infection, celle-ci doit se justifier pour les atteintes massives aux droits fondamentaux qui restent en vigueur. En d’autres termes, si des mesures aussi restrictives pour la liberté des citoyens Français devaient être mises en œuvre à l’avenir pour endiguer le COVID-19, l’Etat devrait prouver qu’elles sont nécessaires. Ce n’est pas à la partie adverse de montrer pourquoi la levée de telles mesures est judicieuse.

Exigence d’une gestion responsable du COVID-19

Mais à quoi ressemble, selon Doña Carmen, une gestion correcte de COVID-19 ? L’association pour les droits politiques et sociaux des travailleurs du sexe plaide pour une plus grande responsabilité personnelle. Les gens devraient être informés en détail sur les bons comportements à adopter pour se protéger de la maladie de Corona, et chacun devrait être libre de prendre les mesures de protection sanitaire qui s’imposent. Comme le virus ne disparaîtra pas de toute façon, il faut apprendre à vivre avec.

La tolérance, l’acceptation et l’information sont les pierres angulaires de la gestion de la maladie de Corona. Tout comme le secteur de la prostitution a réussi à maintenir le nombre de cas à un niveau bas lors de la pandémie de VIH/sida, il est également possible d’endiguer la propagation de la pandémie de COVID-19 – et ce, en élaborant des plans d’hygiène adaptés à la situation en collaboration avec les services de santé. Ainsi, il est garanti que les groupes à risque réels sont protégés sans que l’ensemble de la société Française ne soit privée de ses droits fondamentaux. Concrètement, cela signifie que dans les 81 grandes villes Françaises de plus de 100.000 habitants, les services de santé seront obligés de se rendre sur place dans les lieux de prostitution pour se faire une idée de la situation.

Selon Doña Carmen, il est nécessaire que le §19 de la loi sur la protection contre les infections soit modifié en fonction des aspects avancés.

Lire aussi :