man and woman kissing under the sun

Les femmes hétérosexuelles intéressées par une relation stable avec leur partenaire sexuel seraient plus enclines à renoncer au préservatif. C’est ce que montre une nouvelle étude dans laquelle des hommes et des femmes de différentes orientations sexuelles ont été interrogés sur leur opinion quant à l’importance de la contraception.

Lire aussi :

Pas de préservatifs en cas de désir de relation

Il est bien connu que les personnes qui ont des rapports sexuels non protégés prennent un risque considérable d’attraper des IST désagréables. Renoncer aux préservatifs ou à d’autres types de préservatifs est donc une négligence grave. Pourtant, tout le monde ne prend pas la question de la contraception trop au sérieux. C’est la conclusion d’une étude de . Lors d’une discussion simulée avec un partenaire hypothétique, 157 hommes hétérosexuels, 177 femmes hétérosexuelles et 106 hommes homosexuels âgés de 18 à 25 ans ont été interrogés sur l’importance qu’ils accordent à l’utilisation du préservatif lors des rapports sexuels.

Il s’est avéré que chez les femmes hétérosexuelles, le désir de relation était un facteur d’influence important pour la question de la contraception. Les sujets de ce groupe qui recherchent un partenaire stable sont plus enclins à avoir des relations sexuelles non protégées.
Mais une fois qu’une femme s’est engagée à pratiquer le sexe à moindre risque, elle essaie de mettre sa volonté en pratique avec plus d’insistance qu’un homme. Ainsi, les sujets féminins se sont montrés nettement plus assertifs lors de la discussion. La responsable de l’étude, Shayna Skakoon-Sparling, a une explication simple à cela : « Les femmes s’attendent à ce que leurs partenaires ne soient pas intéressés par des rapports sexuels protégés et doivent d’abord être persuadés de le faire ».

Les hommes renoncent plus facilement aux préservatifs

Tout bien considéré, les hommes hétérosexuels sont toutefois plus nombreux à omettre le préservatif lors des rapports sexuels. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se montrent souvent très réticents dans les discussions sur la contraception.

Il en va tout autrement pour les hommes homosexuels interrogés. Ils se sont montrés très actifs en matière de communication dans la discussion et intéressés par une solution constructive. Mais en même temps, ils attachaient de l’importance à éviter la confrontation et à parvenir le plus rapidement possible à une décision qui les satisfasse autant que leur partenaire.

Pour réduire davantage le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles comme le VIH, il est nécessaire d’informer sur les risques. Comme, selon Skakoon-Sparling, de nombreuses personnes disposent déjà de ces connaissances, mais renoncent malgré tout à la contraception, il est important d’informer sur un autre domaine. Il faut informer davantage les gens sur les facteurs qui augmentent la prise de risque lors des rapports sexuels, afin de renforcer les mesures préventives.

Lire aussi :